Nouvel EP prévu pour le 13 décembre, nouveau clip…
Elise & Einar sont de retour avec “Ùtopies Ørdinaires” !
On retrouve les mêmes ingrédients électroniques que sur le premier album, avec une pointe d’acidité et de colère non refoulée en plus…
On en a profité pour leur poser quelques questions.


On est trop contents de voir sortir ce nouvel EP !
Mais on est inquiets quand même…Vous seriez pas un peu en colère ? 

Pensez-vous ! On est verts de rage comme l’incroyable Hulk, ou un géant vert irradié par Tchernobyl ! Il y a tellement matière à être en colère quand on regarde l’état de la société, on n’est pas prêts de s’apaiser. 

Musicalement, cet album se situe dans la continuité du précédent ou on peut s’attendre à des surprises ?

Pas vraiment de surprises, on reste dans la continuité musicale du 1er EP “fckff”. On a essayé de donner plus de relief et de dynamique aux morceaux, en gardant le même principe : s’appuyer sur des samples rythmiques et une voix parlée en français. Cela dit, le dernier morceau de cet EP est presque dansant (si on aime danser sur les cendres de la fin du monde) !


Nouveau clip HØST extrait de l’EP Ùtopies Ørdinaires sort le 13 décembre.

Les Ùtopies Ørdinaires,
c’est rester les yeux grands ouverts, conscients de tout.
Oui on a envie de s’amuser, de tout oublier et de ne penser qu’à son plaisir, mais ça veut dire foutre en l’air cette planète sans se soucier de ses habitants. Parce qu’on est tous pareils,
qu’on n’est pas meilleurs que les autres,
qu’on n’a pas les solutions.
Les Ùtopies Ørdinaires,
ce sont des mondes rêvés qui n’existeront que si on se parle,
des moments du quotidien qui changeront la vie si on ne détourne pas les yeux, si on fait face, qu’on oublie ses peurs et qu’on se lance.

Extrait de la biographie officielle d’ÙØ

Quand ceux qui ne vous connaissent pas lisent votre bio en ligne, quand on écoute vos textes, on ne peut pas s’empêcher de penser que votre musique est politique. Vous êtes d’accord ou au contraire ça vous agace ? 

On est plutôt d’accords, mais elle est plus sociale que politique à notre avis. C’est un reflet de ce qu’on se prend dans la gueule chaque jour. On n’a pas de solution miracle pour que ce monde aille mieux. On essaie au moins d’en parler, de transmettre nos questionnements.

C’est quoi le féminisme d’ÙØ ? 

Ça ne va jamais de soi, on lutte contre notre conditionnement absorbé dès l’enfance dans ce monde très patriarcal. Ça se vit au quotidien, on apprend à rester toujours en éveil sur ce qui est acceptable, sur une égalité homme-femme réelle et non fantasmée. Bref, y a encore du boulot.

On a mis le temps mais on a fini par comprendre que vous n’êtes pas islandais… Se déguiser derrière une autre identité, c’était s’offrir de la liberté ?

Essayer d’apprendre l’islandais était trop compliqué et Einar avait un accent plus italien que nordique. C’était pas crédible ! Mais bon, changer d’identité et se masquer, c’est avant tout s’affranchir des préjugés, homme ? femme ? vieux ? jeune ? beau ? moche ? européen ? asiatique ? africain ? On fait table rase de tout ça, on évite les étiquettes et on y gagne en liberté effectivement. C’est aussi un moyen de montrer ce qui est important : le message et non le messager.


“… ce qui est important : le message et non le messager.”



Dans Høst, vous nous proposez une sorte de recette miracle pour réussite musicale contemporaine : un bon réseau, pas trop l’ouvrir, être à la mode au détriment de la qualité, picoler…

En fait cette recette miracle marche pour tout, ce n’est pas forcément que pour la musique. On est tous confrontés un jour ou l’autre dans sa vie à quelqu’un qu’on aimerait solliciter pour avancer et qui fait mine de nous ignorer. Après, on connait bien le domaine artistique qui se veut cool et ouvert d’esprit, mais la réalité n’est pas toujours aussi rose. Les portes dans la gueule, on sait ce que c’est et ça nous encouragerait presque à continuer de plus belle, à creuser notre sillon plus profond.

C’est difficile d’exister sur la scène locale en faisant une proposition engagée, qui ne mâche pas ses mots ?

Personne ne sait dans quelle case nous mettre et c’est bien ce qui nous plait. Tous les morceaux ne sont pas frontaux d’ailleurs, on parle aussi de road movies mais toujours avec l’humain au centre du sujet. A notre grand étonnement, l’accueil a été plutôt bon dès le début, avec des dates à La Péniche de Chalon et la Cave à musique de Mâcon dès le 1er EP. Et puis on s’est exportés dans d’autres régions et on a eu droit à un bon relais au niveau des médias indépendants (webzines, radios), tout cela en assez peu de temps finalement, à peine plus de 2 ans.


“Putain tu les entends là !
Te dire ce qui est le mieux pour toi !
Réfléchis pas trop surtout ! Puisqu’on te dit que TOUT- VA- BIEN !
Laisse-toi traire,
pour engraisser les cochons !
Moi je veux dédier ma vie à engraisser les cochons !
Si tu vas pas bosser, t’es un loser !
Traverse la rue et va te faire traire !
Si t’ouvres ta gueule, t’es un casseur !
Mets ta muselière et va te faire traire !
T’as pas fait l’ENA ? Tu sais pas !
Rentre au bercail et vas te faire traire !
Cahiers de Doléances putain !
Parce que tu crois qu’ils vont les lire ?
Fais toi plaisir, couche ta souffrance sur le papier et vas te faire traire !

Laisse-toi traire pour engraisser les cochons, moi je veux dédier ma vie à engraisser les cochons !”

Extrait de “Rodeø” – Ùtopies Ørdinaires – 2019

Si on est des vaches à traire, c’est qui les cochons ?
Dans les animaux de la ferme de Georges Orwell, ce serait les dirigeants, non ? Et c’est bien sûr l’idée. Chacun trouve son propre cochon et sa propre cochonne, gruik !

Vous ne lâchez rien, ça fait plaisir… C’est quoi vos actus ? 

On sort notre 2nd EP Utopies Ordinaires en CD et numérique avec Falls Avalanche Records le vendredi 13 décembre (on aime bien jouer avec le sort). Et bien sûr on va faire des concerts pour faire vivre ces nouveaux morceaux, dont notamment le 18/12 au café de la Tannerie à Bourg en Bresse et d’autres à venir en 2020 qu’on annoncera sur notre site internet (uoband.com) et sur les réseaux.

Et la pré-commande ça se passe où ? 

C’est par ici : https://fallsavalancherecords.bandcamp.com/album/utopies-ordinaires

Urticaire
Testicule
Orgasme
Pénétration
Irradié
Espoir
Saleté (d’artistes !)
Ostentatoire
Régime
Dictatorial
Imminent
Nouba
Artistes (saleté !)
Irresponsable
Rêves
Estourbir
Suppôt (de satan !)

Reponse de ÙØ a notre QUESTIONS BONUS A DEUX BALLES :
Les Utopies sont toujours ordinaires ? 
ÙØ (prononcez [u-o]) décline par le feu et la glace sa rage face aux turpitudes d’un monde ultra politisé “.

ÙØ : contact@uoband.com
Label / promo / booking : contact@fallsavalanche.com
Facebook : https://www.facebook.com/uoband/