Ce soleil de printemps, malgré le vent qui l’accompagne, incite à mettre le nez dehors, sans aucun doute. Mais le besoin de s’exprimer, d’aérer les esprits, de déconfiner les corps ne sont pas pour rien non plus dans le rassemblement de dizaines de montcellien·ne·s sur les places de l’église et de la mairie ce samedi 17 avril.

La Gauche Anale sort du trou

Pour commencer, c’est dès 11H, près de l’Hôtel de Ville, qu’une trentaine de militants ou sympathisants d’un mystérieux nouveau groupuscule politico-humoristique, se sont réunis.
En sommeil depuis plusieurs mois, La gauche Anale a donc fait irruption dans le paysage public, suite au dernier conseil municipal, en appelant à soutenir ODIL lors d’une jarretière improvisée, dévoilant aux cris de “Au fond à Gauche” ou “Entre le chemin de fer et le canal“, les positionnements du mouvement comme la cuisse galbée de son président.

Une invitation à se prendre un peu moins au sérieux dans la politique locale et l’occasion de collecter une somme rondelette que notre média, malheureusement absent sur place, saura utiliser d’une manière pertinente, à la hauteur de l’événement. MERCI !

Résistance artistique : un flashmob pour le déconfinement de la culture

À 11H30, c’est proche de l’église qu’avait lieu un flashmob, une performance artistique symbolique faisant suite à l’appel national de Kaddour Hadadi, meneur et chanteur du groupe HK et les Saltimbanks.

Petit historique : À l’occasion de la pandémie de 2020-2021, et des confinements qui en ont découlé, HK a lancé la chanson Danser encore.
Ce titre est depuis repris lors de flashmobs. La première a eu lieu en mars 2021 à la gare du Nord et la vidéo a été vue un million de fois sur les réseaux sociaux. Un second flashmob est lancée le 8 avril à la gare de l’Est, et depuis, c’est dans toute la France et même au-delà que ces évènements s’organisent. 
Ces réunions sont néanmoins sujettes à polémique. Les autorités sanitaires rappellent que les concerts et les rassemblements festifs, sans masque ni respect de la distanciation sociale, peuvent tout de même causer des contaminations. HK, de son côté, affirme ne pas vouloir passer un message contre les gestes barrières et ne pas souhaiter être à l’origine de clusters.

Mais revenons à Montceau-les-Mines où ce moment de convivialité réunissant une cinquantaine de personnes fut organisé par la compagnie À L’envers De Soi, association culturelle et artistique locale.
Le but de cette mobilsation ? Offrir un moment de spectacle, de musique, de liberté et de fraternité aux montcelliennes et montcelliens, demander le déconfinement de la culture, faire de la résistance artistique, le tout avec masques et gestes barrières, bien entendu.

Les réactions des spectateurs/spectatrices étaient très positifs : “Ça fait plaisir, ça fait du bien”, “On avait pas vu autant d’animation depuis longtemps”, “j’espère que ça va envoyer un signal assez fort au niveau local comme national pour montrer à quel point les gens ont besoins de ce genre d’art et de la culture en général”. C’est l’unanimité, on doit libérer cette culture qui nous divertit et nous émancipe.

“Il faut rester positif à partir du moment où il faudra réinventer les choses” insiste Martine Sénéchal, directrice artistique de la compagnie. “Nous serons amenés à travailler dans de nouvelles conditions, notamment en extérieur, l’important pour nous, en tant que comédiens, est de jouer”.
À L’envers De Soi espère pouvoir jouer de nouveau en plein air d’ici le mois de juin. Notamment un spectacle musical autour de l’oeuvre d’Anne Sylvestre.

Retrouvez-les sur leur site web ou sur Facebook pour plus d’infos et découvrez le clip “Danser encore” de HK ici.

Benjamin Burtin & Yanis Malot, Avril 2021