La loi Taubira a 20 ans, et avec elle la reconnaissance de l’esclavage comme crime contre l’humanité par la France.
Montceau n’est pas en reste de sa part dans le travail sur la mémoire de cette histoire finalement mal connue. Chaque année un festival y consacre une partie importante de sa programmation.

C’est Mme la Conseillère Municipale déléguée aux Cultures Partagées à la Ville de Montceau-les-Mines, Christiane Mathos qui en est à l’origine. C’est d’ailleurs cette loi de 2001 qui a motivé son engagement militant pour “plus de tolérance et d’égalité, pour ne pas oublier” ainsi que la création du festival OMB.

Les recherches de Christiane Mathos l’ont menée à découvrir des liens inattendus entre notre région et cette histoire, l’envie s’est alors imposée d’honorer la mémoire des personnes qui se sont engagées ici pour l’abolition.
Il s’agit donc pour elle et grâce à l’éducation, le dialogue et l’écoute, d’apaiser et d’amener à la réconciliation, questionner aussi le phénomène d’esclavage moderne en se servant du modèle des afro-descendants, de ce que les anciens ont fait.

C’est dans sa quête d’information que l’élue montcellienne a croisé la route de la spécialiste de l’Afrique, Catherine Coquery-Vidrovitch. L’historienne, Commandeure de la Légion d’honneur‎ et Grande officière de l’ordre national du Mérite, s’avère une personne des plus accessibles et accepte alors de venir animer une conférence au Lycée Professionnel Claudie Haigneré.


Christiane Mathos
Catherine Coquery-Vidrovitch

Ce lycée, déjà partenaire du festival depuis plusieurs années, est par la diversité sociale de sa population d’élèves et par l’ouverture de son équipe dirigeante, tout indiqué pour recevoir ce genre de manifestation, nous assure Mme Mathos.

Mme Coquery-Vidrovitch y a donc passé la matinée avant de nous rejoindre et de nous accorder 30 précieuses minutes de son périple bourguignon pour papoter autour sur le thème de l’esclavage, du colonialisme, mais aussi des notions de post-colonialisme et d’intersectionnalité. Nous offrant aussi un regard acéré sur les manipulations politiques et médiatiques autour de ces concepts.

Retrouvez donc notre podcast et rdv dès que possible au festival OMB.

Benjamin Burtin, Avril 2021