XXIe jour du confinement imposé par l’état. Une grosse partie des travailleurs de ce pays sont en chômage partiel, en congé maladie ou bien télétravaillent depuis leur domicile… Depuis quelques jours, les villes et villages sont désertés par la population, les rues sont vides, les écoles fermées, seuls certains commerces de premières nécessités sont autorisés à rester ouverts. Les hôpitaux et le corps médical quant à eux fonctionnent à plein régime, enfin en surrégime plutôt, le manque énorme de moyens humains et matériels a abouti, en quelques jours à peine, à saturer complètement les services d’urgence et de réanimation. La course au profit, à la rentabilité tant imposée par les gouvernements successifs, aura finalement réussi à détruire aussi le système de santé publique !

La majeure partie de la population est donc “invitée” à rester chez elle, le Coronavirus COVID-19 a finalement poussé les dirigeants du pays à prendre la décision de mettre la population en quarantaine ! Le système répressif mis en place par le gouvernement quant à lui est En Marche et il fonctionne à merveille ! En opposition totale avec la santé publique, des moyens énormes ont été déployés en un temps record pour surveiller, réprimer et évidemment verbaliser les inconscients qui oseraient transgresser les règles imposées !

Loin de tout battage médiatique, du rabâchage permanent de la TV poubelle ou de celle qui relaie la propagande gouvernementale en boucle, loin de la communication politique des “élites”, une partie de la population, elle, n’est pas confinée ! Pas non plus de télétravail pour les méprisés du système, les employés de l’industrie alimentaire, caissières, livreurs… Ceux qui n’existent que pour asseoir les profits des grosses entreprises, ceux aussi qui sont au service des faibles, des démunis, des personnes dépendantes ou malades, ceux qui ne rapportent rien à l’économie de marché… pour tous ces invisibles, ce confinement ne change pas beaucoup leur quotidien, juste quelques contraintes supplémentaires, pour protéger ou plus exactement se protéger mutuellement contre les éventuels risques de transmission.

Ce mardi matin je partage “l’espace confiné” de la voiture du portage de repas à domicile, un service du Centre social de Luzy, dont la caste des technocrates de la politique ne soupçonnent même pas l’existence, mais pourtant un service fondamental pour le maintien à domicile des personnes âgées, des personnes dépendantes, ou simplement celles qui sont en période de convalescence…

Mardi matin – 8:30

#1 Les cuisines

Réception et chargement des repas à destination des personnes bénéficiaires

Il est 8:30. Sabine, l’animatrice du Centre social en charge du service a rendez-vous aux cuisines de la maison de retraite de Luzy, pour réceptionner les repas fabriqués et conditionnés par “l’équipe des cuisines” dans les sous-sols du Centre de soins de longue durée / Maison de retraite.
Après avoir enfilé le ”kit visiteur obligatoire” (blouse, sur-chaussures, gants, masque), avec lequel j’ai un peu l’impression d’être un infirmier à l’hôpital, le constat est clair et évident au premier regard : pour Evelyne, Sylvie, Fabien, Greg, Eric et Pascal, le confinement n’est même pas envisageable !
Comme tous les jours, eux sont arrivés très tôt ce matin, pas de télétravail possible quand on fabrique plus de 300 repas (400 en période scolaire) pour alimenter les résidents des étages supérieurs et les personnes du portage de repas. Eux sont au service des personnes, ils ne se prennent pas pour des “élites” loin de là, mais en font le job !

La radio posée en haut d’une étagère débite un flot sonore plus ou moins musical, que personne n’écoute vraiment, c’est le grand rush maintenant, comme tous les jours “La team du sous-sol” est en charge de nourrir une partie non négligeable de la population du village… je n’ose pas déranger plus longtemps, et le véhicule de Sabine est chargé, départ pour la première tournée…

Eric
Pascal
Mardi matin – 9:15

#2 Les premiers bénéficiaires du service

Ce matin la tournée de portage est concentrée sur le village de Luzy,
rencontres avec ces premiers bénéficiaires… Premières discussions, commentaires sur la situation aussi !

A quelques centaines de mètres des cuisines, première étape chez Roger. L’homme est plutôt sympathique, il apprécie Sabine, aime bien discuter et en a besoin, peut-être plus que d’habitude ! Très lucide sur la situation il avoue “moins regarder la TV, parce que c’est trop ! Mais surtout pas TF1, la pire des chaînes”, avant de se raviser “ non la pire c’est BFMTV bien sûr !” (rires). 

Arrivée chez Jacqueline, qui s’apprête à prendre son petit déjeuner. Hélène AVS (Auxiliaire de Vie Sociale) à l’Una est là ce matin pour aider Jacqueline dans certaines tâches. Découverte des menus de la semaine prochaine et nous repartons… Yvette sort de convalescence, c’est une nouvelle bénéficiaire du service. Assistante du prêtre du village, elle regrette de ne plus pouvoir aider, elle est tellement désolée qu’il se retrouve tout seul dans son église pour le sermon.

Ah, Suzanne !  J’aime beaucoup Suzanne depuis longtemps, c’est une personne avec une ouverture d’esprit “grande comme ça”, très accueillante, elle a toujours un petit mot pour rire et dédramatiser, mais n’est sûrement pas du genre à se laisser embobiner ! Elle nous parle de ses enfants, de son mariage très jeune, même pas 18 ans, que la  première était déjà en route, mais pas question de culpabiliser, ça non !

Jacqueline, Hélène AVS Una, Sabine
Roger, Sabine

Mardi matin – 10:30

#3 Rencontre avec des personnes de différents services d’aide à domicile

Elsa, Khadija, Delphine, sont tous les jours au service des autres, leur investissement et leur gentillesse forcent le respect…
Leur présence et leur travail est essentiel.

Malgré un appareillage médical un peu encombrant, Marie-Thérèse est très souriante et semble ravie ce matin (comme tous les jours précise Sabine). Le salon où elle passe beaucoup de temps à lire est un peu animé, il y a du monde ! Elsa aide soignante Croix Rouge accompagnée de Khadija, stagiaire aide-soignante, y sont installées pour dispenser des soins. Elsa, habituellement assistante de soins en gérontologie spécialisée dans la maladie d’Alzheimer, a été réquisitionnée spécialement pour cette période particulière. 

Quand nous arrivons chez Bernard, il est sur le point de prendre son bain. Delphine, AVS (Auxiliaire de Vie Sociale) à l’Una, pleine d’entrain, de bonne humeur et d’énergie (à peu près 2000 volts) est là pour assister et aider Bernard dont les jambes n’ont plus la vélocité d’avant… d’avant l’opération. Bernard est d’une gentillesse rare, pas compliqué du tout, lui ne voit absolument aucun inconvénient à ce qu’on le prenne en photo dans son bain, “il n’y a qu’à mettre un peu de mousse là où il faut, et hop…”

Et puis Simone qui apprécie le printemps et ses floraisons, Eliane qui avait souscrit au service ponctuellement pendant une convalescence, mais qui continue deux fois par semaine… Ultime étape de la matinée chez Henri, qui ne veut surtout pas faire prendre de risque à Sabine, alors il lui a installé une valise devant sa porte afin qu’elle puisse y déposer ses repas en toute sécurité. Il n’est pas malade pourtant, Henri “mais on ne sait jamais !”. Malgré tout il aime beaucoup parler, il est très cultivé et plein de bon sens Henri, alors on se parle par la fenêtre, de loin… nous sommes en plein soleil, il fait chaud, très chaud en cette fin de matinée, mais Henri ça lui fait plaisir de parler, alors on reste encore un peu…

Bernard, Delphine AVS Una
Elsa, Marie-Thérèse et Sabine

Mardi après-midi – 13:00

#4 Retour aux cuisines pour charger les repas de la tournée de l’après-midi.

L’effervescence du matin est un peu retombée aux cuisines, mais une partie du personnel y est toujours en action

Le nettoyage de la cuisine est presque terminé. Pour Greg c’est l’heure d’une pause café !! il l’a bien mérité ce café, sa journée et celle de ses collègues n’est pas encore terminée.

Sylvie fait danser les chariots chauffants dans le couloir dans une valse subtile… probablement destinée à les aligner d’une manière accessible, ils contiennent les repas du soir pour les résidents des étages supérieurs. Evelyne de son coté est à pied d’œuvre pour aider Sabine à charger les repas de la tournée de l’après-midi… 

Hey ! Big up ! “La team des cuisines”, pour votre investissement et votre travail envers les autres, vous n’avez définitivement rien à voir avec la caste des “élites” ! C’est certain, sur vous on peut compter !

Sylvie, Evelyne
Greg, la pause café

Mardi après-midi – 13:30

#5 La tournée de l’après-midi sur les communes autour de Luzy

Cet après-midi environ 100 kilomètres seront parcourus pour livrer les repas aux personnes isolées des communes avoisinantes

Première halte chez Claudine, qui n’est pas une personne bénéficiaire du portage de repas, mais qui fait partie du secteur animations/sorties pour personnes âgées du Centre social. Nous faisons donc un petit détour pour lui remettre un petit mot rédigé sur une carte postale par Françoise qui a souhaité se charger de cette mission destinée à rester en lien avec chacune des personnes de ce secteur ! Sabine fera donc naturellement la distribution puisqu’elle passe par là ou pas très loin ! 

Direction Tazilly, chez Ivan qui habite un lieu plutôt reculé sur les hauteurs du village. Ivan n’est pas encore un habitué du service, mais pouvoir parler lui fait du bien. Il nous explique que la situation l’attriste beaucoup, il est même un peu inquiet, il craint de ne pas voir sa fille qui habite en région parisienne avant une longue période. On sent bien que c’est douloureux, même si comme tout le monde il accepte la situation, c’est dur quand même.

Arrivée chez Christian, une ancienne ferme reculée, où nous sommes accueillis par le jars qui n’apprécie pas du tout Sabine ! Le bougre s’est mis en tête de défendre la cour de la ferme envers et contre tous (enfin surtout contre Sabine), le voilà qui gonfle le torse, écarte ses ailes et avance vaillamment dans notre direction ! La scène est cocasse (et pour tout dire un peu comique), Sabine accélère le pas pour se réfugier chez Christian et échapper à l’assaut du volatile… Christian est installé sur son lit avec 3 de ses nombreux chats. Après avoir rangé les plats dans le frigo, Sabine retourne affronter le jars pour récupérer la carte postale que lui a écrite Françoise. Christian est une personne très isolée, sans ces sorties, les visites de sa tutrice et de madame Leclerc, Christian serait confiné 365 jours par an ! Son univers se résume à son territoire autour de Luzy. Ça lui manque beaucoup, les visites, les sorties avec le groupe, “le groupe des copains, le Bernard”, alors il demande : “y sont toujours malades, les gens là-bas à Luzy ?”. Il ne comprend pas très bien ce qui se passe “là-bas”, mais pour lui c’est long, très long, l’attente…Étape suivante à Avrée, chez René. Il ne sort pas beaucoup, habituellement, mais là du coup, plus du tout ! Alors il balaie sa véranda, plusieurs fois par jour, “dis donc René, elle n’aura jamais été aussi propre ta véranda je crois bien”, rire de René, “ah tu crois ?”… Il est content René aujourd’hui, Sabine lui a dégoté un “p’tit salé” aux cuisines, un petit “arrangement” pas forcément “dans les clous” mais qui lui fera plaisir, il a un régime sans sel habituellement… “Une petite entorse de temps en temps, y’a rien de grave, à mon âge je ne vais quand même pas me priver de tout ce qui est bon !”

René, Sabine
Ivan, Sabine

Mardi après-midi – 15:30

#6 Maurice !

Maurice est un personnage ! Du haut des ses 1.56 m (revendiqués) et ses 92 printemps il ne s’arrête jamais…
Un humour et un caractère bien trempé !

Sabine peste un peu en arrivant chez Maurice, “bon ! où est-ce qu’il est encore passé ce satané Maurice ?”… Après avoir récupéré la clé, ouvert la porte d’entrée et posé les repas sur le bar, toujours pas de Maurice. “Là il faut que je le trouve, que je m’assure que tout va bien”, c’est ça aussi le portage, veiller sur les gens. “Si je ne le trouve pas il va falloir que je dérange le Guy (le maire du village), pour qu’il parte à sa recherche”… En ressortant de la maison, un ronronnement se fait plus présent, “ça vient de derrière la maison”. Nous empruntons l’allée qui contourne la maison d’habitation et donne accès au jardin… Maurice est là, sur son tracteur, en train de labourer ! 

“Enfin Maurice, est-ce que tu as vraiment besoin d’un jardin aussi grand ?” Il est tout seul et on lui apporte des repas trois fois par semaine ! Il a déjà retourné une grosse portion de terre. “bof, ça c’est juste pour les patates, le reste ce sera pour après”. Il a du terrain, du matériel, des habitudes, alors il cultive la terre… Ce ne sera pas perdu de toute façon, les pommes de terre, il les donnera à tout le monde, aux voisins, à Sabine, mais “pas au Hollandais d’à côté”, il lui a fait un coup pendable il y a quelques années, “il aura rien !” D’ailleurs il a des poireaux là, qu’il a repiqués l’hiver “si vous en v’lez ?” Un voisin accompagné de son chien Hip-Hop, en visite chez lui cet après-midi, se met en tête de nous en arracher quelques-uns. “Non, non, non” il s’y prend mal (selon Maurice), il va s’en charger lui-même pour “y montrer”… 

Les anecdotes s’enchaînent toutes plus drôles les unes que les autres, comme cette veste de travail retrouvée dans un placard qui n’avait plus servi depuis longtemps, sur laquelle il a découpé tout ce qui est inutile : les bas de manches, les fermetures qui servent à rien, etc. Il a quand même gardé les poches, parce que c’est utile, les poches. Ou son arrestation au volant de son tracteur il y a quelques temps par les gendarmes. Ils l’ont un peu réprimandé “quand même Maurice, vous ne pouvez plus aller et venir comme ça en tracteur, à 92 ans c’est plus très sérieux !” Sauf que Maurice il ne voit pas tout à fait les choses comme ça, il ira où il veut lui avec son tracteur, “et puis à 5 heures du matin quand ils seront au chaud dans leu’ lit avec leu’ femme, y vont pas me courir après les gendarmes…”. Alors bon ces histoires de confinement, vous imaginez bien que Maurice, il a dû vaguement en entendre parler… mais pour le reste…   

Comme dirait Danièla l’animatrice famille du Centre social, il est  “phénoménal” Maurice !

Maurice, Sabine
Mardi après-midi – 16:00

#7 On s’approche de la fin de la tournée de l’après-midi

Dernières livraisons et visites auprès de personnes du portage de repas toutes accueillantes,
attachantes mais surtout ravies “de voir du monde” !

Après “l’épisode Maurice” j’ai un peu du mal à me concentrer… Sabine, elle, vit ces différentes situations 5 fois par semaine, c’est plus facile pour elle ! Les quelques minutes de trajet jusqu’au Montaron devraient me remettre dans le bain ! Simone, n’a pas très envie qu’on la prenne en photo, elle ne se trouve plus très belle ! On lui explique que ce n’est pas ce qui nous intéresse, le but de notre démarche est ailleurs, c’est son quotidien qui nous intéresse aujourd’hui, que la beauté et l’apparence c’est très subjectif et souvent superficiel. Alors elle accepte, un peu à contre-cœur, mais bon… il y a plus important aujourd’hui : le journal, les avis de décès. C’est important de savoir qui est décédé. Parler des gens qu’on connaît, qu’on connaissait, un peu, des liens qu’on a ou qu’on avait avec eux ou leur famille, c’est rassurant on est moins seul même si certains ne sont plus là. 

Quelques kilomètres nous séparent de chez Bernadette B, où on est attendu pour le café, c’est sûr, d’après Sabine, il est même probablement déjà prêt ! Alors que Sabine range les repas dans le frigo, Bernadette B s’active à coté d’elle : le café n’avait pas complètement terminé de couler ! On était sûrement un peu en avance ! Bernadette B c’est aussi une sacrée personnalité, elle a un humour décapant, presque caustique ! Une sérieuse concurrente face à Maurice. Elle a fait une chute il y a quelque jours qui lui a laissé deux cocards, “mais ça va bien, pas d’inquiétude”. Je suis obligé de m’asseoir : on ne boit pas le café debout “on fait pas ça, sinon ça fait vibrer le cercueil quand on sera dedans ” ?!?  Je n’avais jamais entendu ce dicton ! Mais “tout le monde sait ça” apparemment !! La TV est allumée, elle regarde pas mal la TV, des séries policières américaines (-:) elle aime bien, “et puis d’autres trucs, mais pas trop les infos”. Elle appelle Charles qui est en maison de retraite, tous les jours à 4 heures, “il dit que ça va bien”, mais elle n’en est pas convaincue, elle pense qu’il ne veut pas l’inquiéter.

Bernard, Sabine

Nous arrivons chez une autre Bernadette : Bernadette C, elle aussi a un caractère bien affirmé. Elle est plus au courant de la situation, elle s’informe, elle a aussi son avis et il est bien tranché ! “Tous ces politiques là, ils nous enfument avec leurs discours et leurs mensonges, c’est leur spécialité ça, l’enfumage !” L’injustice et les mensonges, ça l’agace Bernadette C, elle n’aime pas ça du tout. Monsieur, le chat de la maison, se porte bien… elle a quand même quelques visites, alors elle ne se plaint pas trop, “il y en a pour qui c’est plus dur”. 

A Chiddes, chez Annie, Sabine tente d’expliquer les “gestes barrière” la nouvelle “lubie” sortie récemment du staff de la technocratie gouvernementale… Pas très concluant ! La démonstration dérape très vite en rigolade, on se prend pour des vikings d’un côté, des spartiates de l’autre. Annie aime bien rire, ça lui aura fait plaisir ce petit moment de comédie. 

Il est presque 16:30, après avoir terminé la tournée chez Marie-Thérèse dans le lotissement à Millay, dernier arrêt pour déposer la carte postale de Françoise chez Bernard. Sabine enjambe le muret de la cave pour accéder à la fenêtre de la cuisine, et remettre la carte à Bernard. Il est à la fois surpris et ravi de cette visite imprévue ! Bernard est seul, très seul, mais depuis quelques années il participe au réseau d’animation/sorties du Centre social, et ces moments là selon ses dires “c’est magique”. Il a pour mission de répondre à Françoise et d’écrire aussi une carte pour les autres personnes du groupe, Sabine passera la récupérer et l’aider, s’il a besoin, en fin de semaine…  

Retour à Luzy, nettoyage des bacs du véhicule frigorifique… Sabine a terminé sa journée !

Yves Nivot, Mai 2020

Pour plus de photos ou pour suivre le travail de l’auteur c’est ici : https://www.yvesnivot.com