Dans les recherches pour le magazine Habiter les ruines, ODIL a découvert que le champignon était notre allié. Alors dans ce papotage, on fait un peu d’exploration naturaliste. Le champignon est invisible et on passe des plombes à le chercher, mais en fait il est partout, sous terre, dans l’air, il est le grand Wood Wilde Web de la planète, c’est l’internet des arbres. Imiter un champignon quand on est un humain, c’est possible. Ca veut dire comprendre que ce qui nous attache aux autres est notre possibilité de vivre et de faire vivre les lieux les plus abîmées. Alors écoutons l’histoire du champignon.

Anthony Binet est photographe naturaliste dans le Morvan.

Il fait partie de ces gens qui discutent avec les êtres vivants qui l’entourent. Il a choisi d’habiter tout en haut de la Bourgogne, au sommet du Morvan, et là, avant le boulot, il part à l’aube regarder le lever du soleil, écouter les premiers chants d’oiseaux, il s’approche au plus près des insectes pour capter leurs signaux, il sait où trouver le champignon et connaît son nom. C’est important de connaître les noms des gens, humains ou non. ça permet de leur dire bonjour, de les appeler, de les tutoyer, d’être familiers quoi. Pour lui, suivre le modèle des champignons “symbiotiques”, dans notre vie compliquée d’aujourd’hui, serait une solution. Il n’y a rien de moral là-dedans, il y a aussi des toxiques, des parasites et des psychotropes chez les champignons. C’est juste pragmatique. Les champignons sont pragmatiques. Et c’est comme ça que les champignons symbiotiques, les plus nombreux, en sont venus à comprendre que c’est grâce à la vie des autres qu’ils peuvent perdurer et s’adapter à toute situation. Donc ils créent des relations parfois très intimes avec absolument tout leur entourage et ils font circuler la vie des uns aux autres. Les champignons forment le règne des attachements. Un troisième règne en faveur de tous les vivants, un règne mutant et capable de s’adapter très vite, sans roi, sans chef de meute et sans gouvernement.

Pour retrouver les photographies d’Anthony : www.toinedumorvan.f


Photographie de présentation : Amanite tue-mouches, crédits Anthony Binet.