Il apprivoise les mots en les tordant dans tous les sens pour faire rire tout en faisant fonctionner les rouages du cerveau !
Derrière sa plume se cache aussi un féru de l’histoire sociale locale, on vous présente Gilles Desnoix, auteur de Montceau, la bascule des temps, Les gueules noires, jaunes et rouges tout juste sorti !
Comme nous, il s’enrichit et se nourrit de cette terre de lutte où l’esprit révolutionnaire plane en tout temps…
Alors que les circonstances nous obligent à rester chez soi, on continue de provoquer les rencontres et on vous propose de découvrir cet auteur intriguant du coin !

Montceau, la bascule des temps, Les gueules noires, jaunes et rouges

Description du roman historique de Gilles Desnoix
27 Février 2020 / Éditeur : chapitre.com

La bascule dans le dernier siècle du second millénaire, dans le capitalisme industriel. La bourgeoisie d’affaires entend garder la main sur un pouvoir politique trop social, révolutionnaire. Ce dernier veut affirmer la prééminence de la politique sur le capitalisme et l’affairisme. Toile de fond : confrontations rudes, mortelles, sans pitié, naissance du syndicalisme, guerre sociale, grande grève.
A la fin, la vérité du vainqueur doit triompher.



Journaliste, romancier, poète, ça fait déjà beaucoup de titres pour vous décrire ! Vous, comment vous vous définiriez ?

Juste un passant qui musarde. J’ai toujours eu plusieurs métiers à la fois : directeur territorial dirigeant des administrations communales et intercommunales (en même temps), formateur pour adultes, intervenant sur radio associative, etc.… Maintenant à la retraite je suis tout ce que vous avez dit plus consultant pour les collectivités, internaute assidu… Juste quelqu’un qui vit comme une éponge aspirant l’eau de la vie.


Après avoir sorti déjà 6 ouvrages, vous marquez le début de l’année 2020 par un 7ème ! Un roman historique : Montceau, la bascule des temps ! À quoi doit-on s’attendre ?

Sept ouvrages en fait, deux romans, deux recueils de poésies, trois recueils de nouvelles et maintenant le huitième, un troisième roman. Il faut s’attendre à ce que ça continue. En ce qui concerne le dernier roman il faut s’attendre à une prise en compte de la réalité sociale, économique, politique de l’époque, mais cela reste un roman. Si je m’appuie sur des réalités du moment je ne fais pas œuvre d’historien.


Je suis toujours intéressé par ceux qui font l’histoire et pas par ceux qui la popularisent dans le sens qu’entendait Michelet*.
Les grands personnages m’indiffèrent, les seconds rôles, ceux qui agissent réellement, sont plus passionnants et surtout ce sont eux qui font réellement l’histoire. Nous le voyons actuellement avec tous ceux qui ont été honnis par le pouvoir depuis 3 ans et qui sont actuellement sanctifiés comme des héros.

Gilles Desnoix


Les ateliers centraux de la mine à Montceau en 1927 – CUCM, document Ecomusée. Reproduction D.Busseuil.



C’est l’histoire du moment où Montceau a basculé dans le capitalisme industriel et comment les syndicats y sont nés. Montceau c’est une petite ville symbole d’un combat universel ?

Montceau est une agglomération humaine qui est née des transhumances, tout comme l’humanité. En cela elle représente un symbole universel de ces villes qui se sont créées pour aboutir à une civilisation. Comme Mohenjo Daro, la Cité d’Ur, Zeugma… De plus, Montceau a constitué un creuset culturel autour d’un bien extrait de la terre, cette ville a poussé comme un champignon puisqu’elle est passée de 2206 habitants en 1856 à  28 779 habitants en 1901. Et ce sans ressembler aux villes champignons du Far West. Il n’y a pas eu de construction anarchique d’une société mais des luttes pour la dignité, les conditions de travail et l’organisation d’un embryon de ce qu’il pourrait être convenu d’appeler une sécurité sociale dans un climat de paternalisme et de capitalisme rapace. En cela Montceau est symbolique de l’émergence de la lutte des classes mais aussi d’un sentiment de solidarité.

Il existe trois briques essentielles dans l’ADN du Montcellien et de la Montcellienne : la solidarité, l’honnêteté et la combativité.

Gilles Desnoix


Mineurs de Montceau-Blanzy prêts à descendre au fond – CUCM, document Ecomusée. Reproduction D.Busseuil.




À qui sont destinées ces lignes ? Syndiqué·e, militant·e, politicien·ne, patron·ne, amoureux·se de la ville, passager·e, historien·ne, tout le monde peut y trouver son compte ?

À tous les curieux des idées. À tous ceux qui ne se satisfont pas des certitudes qui les animent et éprouvent le besoin de les confronter aux doutes des autres. À ceux qui, au détour de la vie, en viendraient à lire puis à réfléchir, puis  à vouloir analyser un texte qui n’a pas forcément la volonté d’être philosophique. 
En fait à tous ceux qui pourraient se dire « ah tiens, et si je l’achetais ce bouquin, qu’est-ce que je risque ? 17€… ah oui, quand même, mais au diable l’avarice… de toute façon ça ne peut pas être plus mauvais que ce qu’il y a en rayon… Sinon je le donnerai à Emmaüs. »


La politique et la lutte c’est compatible ?

La lutte c’est de la politique, l’inverse n’est pas forcément vrai.
Pour mon compte la politique doit servir les autres, pas se servir soi-même. La lutte doit à la fois servir à régler son propre sort au travers de solutions concernant tout le monde. La lutte des classes n’est pas terminée quoiqu’en dise l’oracle d’Omaha : Warren Buffett*


Parlez-nous de votre relation avec Montceau-les-Mines
!

Né au Creusot (et si, personne n’est parfait), j’ai fréquenté Montceau depuis mes 15 ans, L’AFPA enfin un centre d’apprentissage (de pré-apprentissage) et surtout le bistrot où se trouve maintenant Josy*. Nous y allions en mobylette pour jouer au baby et au flipper et boire des choses interdites à notre âge.
En 2009 pour Noël nous sommes revenus avec ma femme voir ma mère au Creusot. La veille de Noël nous avons visité le centre ville de Montceau le soir, vu les illuminations. Nous cherchions alors à acheter une maison, mais en Rhône-Alpes. Ce soir là ce fut le coup de foudre avec la ville et nous avons abandonné toutes autres recherches pour prospecter dans le bassin minier. Nous avons une relation très empathique avec la ville. C’est pour cela que je me suis présenté avec Laurent Selvez*, un ami très cher, bien qu’il soit socialiste (humour).

Mon chien a le coronavirus

Paulo
Paulo dit tataouine pour les très intimes ou ses pires ennemis, ne cesse de clamer “mon chien à le coronavirus”. En fait son malinois développe une accoutumance coupable à la bière corona que son maître met généreusement dans sa gamelle.
“Faut bien qu’il partage les joies de la famille,” braille dans un éclat de rire, Paulo en crachant un coup pour bien marquer sa détermination à être l’instigateur de tous les sentiments et ressentis de la famille”

Extrait du roman policier Amok 1 : Commissaire Justin Sorgho, sorti en décembre 2016 – Page 1



C’est trop bizarre, en préparant l’article, je suis tombée sur la première page de votre roman policier Amok 1: Commissaire Justin Sorgho qui date de décembre 2016 et à la première page, que vois-je ?…

Nul n’est prophète en son pays, mais j’avais travaillé sur le H1N1 en montant un centre de vaccination à Brignoles lors de la crise et ces épidémies m’interpelaient, j’ai donc abondamment compulsé la littérature médicale sur le sujet et je suis tombé sur le coronavirus et le SRAS. De manière facétieuse et peut être pour exorciser j’ai utilisé ce jeu de mot.


Ça me permet de vous demander : comment vivez-vous l’enfermement ? Quel titre donneriez vous à la période que l’on vit si elle était un roman ?

Je vis bien l’enfermement. J’ai avec moi une femme formidable et une chienne adorable, et inversement d’ailleurs. J’écris, je travaille en télétravail comme consultant, je vais sur Odil TV, sur Facebook, je rattrape le retard de bricolage. 
Nous vivons une époque de remise à l’heure des pendules. 
Entre les gouvernants et nous le temps ne s’est jamais écoulé de la même façon vers les mêmes buts. Là le temps se grippe, s’arrête, les poncifs sont dépassés, des vérités première jetées aux orties. Les relations gouvernants/ gouvernés, sachants/écoutants, décideurs/assujettis vont devoir trouver de nouvelles base de médiation et de co-construction.


Comment continuer à lutter quand on est confiné·e ? Des conseils pour celles et ceux qui ne peuvent plus sortir dans la rue ?

Le premier conseil : ne vous considérez pas privés de liberté mais comme des acteurs d’un drame qui nous dépasse tous et qui demande une attitude et une hauteur de vues loin des polémiques stériles, des jalousies qui vont de haut en bas.
Le second conseil conserver votre esprit d’analyse en éveil, ne prenez rien comme une vérité première, gardez votre esprit de lutte intact. Respectez les consignes pour vous et pour les autres et surtout ceux que vous aimez.
Troisième conseil : lisez, lisez encore, lisez toujours tout en écoutant de la musique au lieu de claquer des dents ou de vous racrapoter devant BFM, Cnews…


C’est quoi la prochaine étape pour vous ? Des projets secrets ? Un huitième ouvrage ?

J’attaque le second tome de Montceau, la bascule des temps, cela se passe lors du premier conflit mondial pendant lequel des mineurs ont été réquisitionnés pour creuser des sapes afin de faire sauter les lignes ennemies. J’ai un troisième recueil de poésies en cours et un quatrième recueil de nouvelles sur le métier. Je continue la lutte aux côtés de Laurent Selvez  et de mes colistiers. Et quand le coronavirus aura regagné sa tanière maudite j’ai espoir de prendre des vacances en septembre.


Maëlle Ghulam Nabi


Bibliographie de Gilles Desnoix
Éditeur : chapitre.com

Le Baffre de la Chouette, 2016
Roman d’absurdoréalité. L’absurde des sociétés policées où la norme juridique prime sur l’individu, où la raison d’état l’emporte sur la raison tout court. Notre monde nous offre le spectacle ininterrompu de la folie technocratique… Une farce d’absurdoréalité. Quand guignol rosse le gendarme.

Recueil 1 : Bien malin qui…, 2017
Recueil de poésie: Ma poésie est à destination de ceux qui lisent tout ce qui leur tombe sous la main, même les étiquettes ; de ceux qui ne râlent jamais quand la queue n’avance pas à la caisse du supermarché ; de ceux qui ne lisent qu’en braille ; de ceux qui n’ont rien d’autre à foutre dans ce monde de brutes. J’ai intitulé mon premier recueil de poésies, pour bien en souligner le côté évanescent et intemporel, Recueil 1 avec un sous-titre adapté : « Bien malin qui… ». Je lègue aux quelques malheureux qui tomberont un jour sur cet ouvrage dans une brocante poussiéreuse le mal de tête adéquat pour essayer de découvrir ce que l’auteur a bien voulu dire par là… ou par ailleurs…

Recueil 2 : Bien mal acquis, 2017
Deuxième tome de poésies en vers et en prose, mais toujours en absurdo-réalité… avec le manifeste de création de ce mouvement philosophico-poético-artistico-tout ce qu’on veut

Amok 1: Commissaire Justin Sorgho, décembre 2016
Roman policier. La vie d’une ville de province et de son commissariat. Espionnage international, escroquerie, règlement de comptes, pièges à c…? Sur fond de campagne électorale des municipales une série de cambriolages, de meurtres (parfois barbares), l’auscultation de l’économie souterraine et sur le trafic de drogue dans les cités. Des personnages particuliers, une description de la vie au quotidien sans concession.

Bref, je vous la fais courte – Rien sur rien, voire même plus, 2018
Recueil de nouvelles écrites au papier de verre avec un peu d’acide et d’amour de l’être humain dans ce qu’il de meilleur et de pire. Donc un portrait de la France d’en-bas et des tentatives d’internationalisation du récit.
Amateur du 1er degré s’abstenir ou alors avec des lunettes de soleil.
Moi j’ai aimé écrire, aimerez-vous me lire ?

Kurt, je vous la fais brève – Tout sur rien, mais rien sur tout et vice-versa, 2018
Deuxième opus, même écriture à la paille fer et au chat à neuf queues pour esthètes et autres lecteurs avec le doigt. Ames sen-sibles ne pas s’abstenir il y a du bien à se faire du mal.

Des trolls du quotidien, 2019
Et voila le troisième opus de nouvelles de Gilles Desnoix. Courtes, brèves ou longues ces histoires narrent dans des styles différents (science fiction, humour, scènes du quotidien, intrigues) comment certains et certains s’ingénient individuellement ou institutionnellement à nous gâcher la vie au quotidien. Fleurs bleues s’abstenir ou se voiler le regard !





*Jules Michelet : historien français du 19ème siècle. Pour en savoir plus sur lui, c’est par ici !

*Mohenjo Daro : “site important de la civilisation de la vallée de l’Indus, on y trouve les vestiges d’une des plus grandes cités de l’âge du bronze indien. Il est situé au Pakistan à 300 km au nord-nord-est de Karâchi.”. Plus d’informations ici.

*La Cité d’Ur : “une des plus anciennes et des plus importantes villes de la Mésopotamie antique, dans l’actuel Irak. Elle était alors située sur une des branches de l’Euphrate et proche du Golfe Persique.” En savoir plus ici !

*Zeugma : ” Cité Antique, située sur l’Euphrate, aujourd’hui en Turquie, près de la frontière syrienne au sud du pays, sur l’antique route de la soie, dans l’ancienne Commagène.”. Pour en savoir plus, c’est ici.

*Warren Buffet : “homme d’affaires et investisseur américain. Surnommé « l’oracle d’Omaha », il fait partie des hommes les plus riches du monde depuis le début du xxie siècle.”. Plus d’informations ici.