A l’invitation de la Cave à Musique, on s’est incrustés dans la SMAC Mâconnaise à l’orée du printemps 21. On a pu mesurer l’énergie combative et découvrir les stratégies déployées pour continuer à exister, à soutenir la création musicale et à tisser du lien social. Petit débat entre gens lucides et qui se remontent les manches pour ne pas subir ce fichu virus, pour que vive une salle de concert sans public.

Un débat, deux parties.
Premier plateau avec Cynthia Bossart, chargée de programmation de la salle de concert, Thomas Rivier, président de l’association Lucioles gestionnaire de La Cave à Musique, David Kempton, directeur de production de l’association Youz, et enfin Robin Genetier, régisseur de tournées internationales (message personnel à Robin, on n’a pas de salle de concert musiques actuelles à Montceau, mais on se battrait pour accueillir Idles entre deux dates :-)) !
On fait ensemble le tour des propositions de La Cave pour soutenir les artistes locaux principalement, en leur proposant un accompagnement complet, de la technique à la production, de la scène à la diffusion. On aborde les liens de proximité entretenus, les positionnements politiques de chacun·es, la situation régionale, nationale et au-delà. On passe par la loi sécurité globale qui nous interroge sérieusement – depuis le débat, l’article 25 permettant aux forces de l’ordre de se rendre en civil et armés dans les établissements accueillant du public, a été adopté par le Sénat… – et on imagine ensemble à quoi le monde musical de demain pourrait bien ressembler, on se rappelle ce à quoi on tient et qu’on ne lâchera pas, ce qui nous inquiète et à quoi on sera vigilant·es.

Deuxième étape avec les artistes qui ont été accueillies en résidence par la salle, Céline Rigaux du groupe Zato et du label OSTO, Johanna du groupe émergent Le Bruit et Anne Evrot du duo Les Michelines. Au milieu de ces femmes talentueuses, Rémi Velotti, responsable de l’espace musiques amplifiées (EMA) et de l’action culturelle de la Cave à Musique. C’était important de donner la parole à ces artistes pour comprendre comment elles traversent la période, comment elles continuent à inventer des formes pour ne pas perdre le fil, pour garder l’envie de créer, de se produire et de communiquer avec le public. Et surtout pour prendre connaissance des ressources mobilisées par la salle pour accentuer encore son rôle politique et social au-delà de l’animation d’une scène musicale vibrante.

On précise ici qu’avoir eu la chance d’assister à la captation vidéo de fin de résidence du groupe Le Bruit, c’était plus que délicieux. Une salle obscure, des projecteurs, du son, des techniciens, des bénévoles, du personnel de la salle de concert, des artistes, de la musique… Une possibilité de se réunir et de faire société qui nous manque cruellement…

Pour les adeptes de l’audio, le débat à écouter ci-dessous :


Pour suivre l’actualité de La Cave à Musique c’est par ici
Par-là pour ne pas louper les dates à venir de ZATO et des MICHELINES.
Enfin, pour s’informer sur le mouvement “Occupons” soutenu par la Cave, une tribune à lire.

Laëtitia Déchambenoit
Mars 2021