La Cie Les Enfants Phares présente le teaser de leur nouveau spectacle : Les Vacances de Miss Toutambou !
La sortie officielle est prévue les 7 & 8 avril à la Cave à Musique de Macon. Et le public devrait être au rendez-vous ! On a demandé a Rori Vidgrain de nous en parler…

 

Est-ce que tu peux présenter la Cie Les Enfants Phares ?

On a monté la Cie en 2013 avec Florian. On était installés depuis presque 2 ans à Montagny sur Grosne (petit village de 100 habitants), et on a eu besoin suite au décès de notre petite fille de rencontrer des gens, de faire de la musique avec eux, de raconter des histoires, de faire quelque chose d’éminemment gai, positif et de créatif. Alors ça a commencé comme ça, on a monté une petite fanfare avec les gens de notre village. Certains n’avaient jamais touché un instrument, alors on leur en prêtait, on leur donnait des cours gratuitement, on a monté un répertoire rigolo avec des musiques qui ne viennent pas forcément d’un répertoire « classique » de fanfare. On voulait prendre plaisir sur quelque chose d’original ! En parallèle on a commencé à écrire notre premier spectacle 32 Passage Gonin. C’est un spectacle qui est tiré d’histoires et de chansons que j’avais déjà écrites auparavant. J’ai tiré le fil de tout ça, et c’est devenu un spectacle. On est allés chercher quelques kilomètres plus loin à Matour 2 musiciens qu’on avait rencontré quelque temps avant pour nous aider sur ce spectacle, qui sont devenus ensuite de très bons amis et des pièces maitresses de la compagnie.

Vous venez d’où ?

Avant on habitait à Lyon, notre premier appart ensemble était au 32 Passage Gonin ;-), on a beaucoup voyagé tous les 2, mais pour moi, pendant longtemps, Lyon était mon port d’attache. Florian est originaire de Tournus. 
Florian est musicien, trompette, trombone tuba, tout ce qui a une embouchure en gros, il joue aussi dans l’Imperial Kikiristan. C’est un musicien audacieux, qui est aussi un formidable arrangeur. Sans lui les musiques de la Compagnie ne seraient pas aussi belles.

Vous faites quoi ?

Pour moi c’est plus compliqué, j’ai commencé par la musique, puis j’ai étudié les arts plastiques, pour finalement me tourner vers le théâtre, la danse et la vidéo, j’ai longtemps travaillé dans l’audiovisuel, et aujourd’hui c’est un peu tout ça, je chante, je joue un peu de trompette, j’invente des histoires, je les écris, j’imagine des images, je me raconte des films dans ma tête avec des aventures extraordinaires et j’essaie de raconter aux gens tout ce bazar.
Dans la compagnie gravite aussi pas mal de musiciens talentueux, qui sont aussi de très belles personnes, il y a Laurent le saxe sage, Achille, notre tubiste consciencieux, Nicolas et Nicolas, nos deux percussionnistes indomptables, Wako le saxe fou, on a aussi Rodolphe notre graphiste, on a l’impression qu’il sort d’un film de Gatlif, et il y a aussi tout un groupe de jeunes musiciens du coin qui s’appuient sur notre structure pour leurs projets.
Autour de tout ça, on a des techniciens, des costumières, une scénographe, qui essaient de mettre un peu d’ordre !

 

 

Et ce nouveau spectacle ?

Une nouvelle aventure avec Miss Toutambou. Ce personnage existe dans plusieurs histoires inventées, comme 32 Passage Gonin, mais aussi d’autres nouvelles…
On avait envie de créer une vraie comédie musicale à destination du jeune public mais pas que, avec de la danse, du chant, du théâtre et du tuba, du saxophone du vibraphone et de la trompette. C’est un beau défi.
Du coup, on est allés chercher de l’aide chez la compagnie la Boulangerie (Lyon), on a rencontré Camille Germser, un mec que je trouve complètement fou et complètement génial, pour nous faire la mise en scène. Il a dit oui, alors qu’il est en train d’écrire un magnifique projet, et que d’habitude il ne travaille que sur ses propres créations. C’est une chance de l’avoir dans notre équipe, et je suis sûre qu’il va nous faire grandir dans notre vision du spectacle et nous apporter énormément de choses à la fois humainement et artistiquement.
On est très exigeant sur le travail vocal, musical et théâtral. Chacun de nous doit donner le meilleur de lui-même. J’ai fait un stage de comédie musical, on a fait venir un coach vocal, on a travaillé sur des techniques de jeu, on essaie d’être au top !
Le spectacle est un voyage initiatique, Miss Toutambou qui vit dans un petit monde rythmé et cadencé par le Temps, où tout se déroule toujours comme prévu, gagne un voyage sur l’Ile de Perlimpinpin. Pour récupérer le ticket gagnant, elle doit se rendre au guichet du bureau de la 2,33ème dimension située au bord du bout du monde.
Elle commence donc un long voyage en train, escortée par ses 3 Mignons, des personnages malicieux qui la suivent dans toutes ses aventures. Mais rien ne se déroule comme prévu, et le beau projet de Miss Toutambou et ses comparses va vite dérailler. À la suite d’une mésaventure imprévisible, les quatre héros se retrouvent perdus au milieu de nulle part. Leur odyssée prend alors une tournure inattendue…
Dans cette histoire, on retrouve un peu de Lewis Caroll et d’Alice, Jean-Pierre Jeunet et d’Amélie, Joanne K Rowling et d’Harry, mais aussi de Jacques Demi Delphine et Solange, et de Jean Luc Godard et Marianne, un peu de Jacques Tati et de M.Hulot, une peu de Wes Anderson, Francis Jack et Peter et aussi de Robert Stevenson et Marry et bien sûr de Gene Kelly, et Don et Lina… Mes livres et mes films préférés ne sont jamais loin, et l’écriture du spectacle est vraiment emprunte de références cinématographiques !

 

 

Comment est venu l’idée de ce teaser ? Réalisateur, explications, secrets de tournage…

On nous dit toujours que pour faire la promotion d’un spectacle il faut de la vidéo. Mais je trouve toujours les teasers filmés de la même manière, tous racontent la même chose, et souvent le résultat n’est pas vraiment fidèle au spectacle. Je n’ai jamais été convaincue de voir un spectacle par un teaser.
J’ai donc eu l’envie de prendre la chose à revers, et d’imaginer le teaser comme un mini court métrage, de vraiment le prendre comme un objet cinématographique et pas comme une pub. D’autant qu’à l’époque du tournage, on n’avait même pas encore commencé les répétitions !
J’ai donc écrit un véritable petit scénario, avec l’envie de montrer les personnages dans un décor qui n’est pas une salle de spectacle et parler un petit peu d’eux et de l’univers de l’histoire.
Et si on racontait la même histoire non pas dans un spectacle mais dans un film ? Le traitement des personnages n’est du coup pas du tout le même.
Evidement, on avait un tout petit budget et peu de moyens techniques.
Presque toute l’équipe du spectacle est venue aider à la mise en place du tournage. C’était une très belle mise en jambe pour travailler ensemble ! On a filmé très tôt le matin pour avoir une belle lumière naturelle.
J’avais repéré le lieu du tournage près de chez moi, à l’époque le pré était tout en fleurs, c’était très beau et coloré. Evidement la veille du tournage les foins ont été coupés et toutes les belles fleurs ont disparu. Il a fallu adapter, on a changé de pré à la dernière minute, et j’ai dû me résigner sur les belles fleurs de printemps.
Chris Martin derrière la caméra a été très à l’écoute de mes désidératas, et a fourni un résultat très satisfaisant même si j’imaginais vraiment des plans plus compliqués en terme de prise de vue (travelling compensés à la Vertigo etc…). J’ai dû mettre de côté mes envies de plans à la Hitchcock ou à la Scorcese, tout en restant exigeante sur la qualité des prises de vue et des détails. J’avais vraiment des idées très précises sur les plans et sur le jeu des comédiens musiciens.
Ce tournage m’a vraiment donné envie de continuer le travail cinématographique sur les personnages, j’imagine par la suite, une série de petits courts métrages sur les aventures de Miss Toutambou et ses Mignons !

La vidéo est-elle devenue indispensable pour séduire les programmateurs et les circuits de diffusion sur notre territoire ?

Oui, cela devient incontournable, même pour les recherches de financements. Tout le monde demande de la vidéo. Notre monde est un monde de l’Image. On tache de donner par l’image la réalité d’un projet alors qu’elle n’est qu’une illusion. C’est en effet un outil de séduction pour des éventuels partenaires et programmateurs, mais aussi pour un public. On doit donner l’envie, l’envie d’en découvrir plus, de financer notre spectacle, de venir le voir, de le programmer dans son festival…Le seul bémol est qu’il est très difficile de passer par la vidéo pour retransmettre l’énergie qu’on peut trouver dans un spectacle, le regard ou la tension d’un comédien sur scène, l’interaction avec le public, le silence et l’écoute attentive du spectateur, la magie du spectacle… Comment séduite un programmateur par une vidéo alors qu’elle ne peut raconter tout cela ?

Vous proposez aussi des actions de médiation culturelle, être un artiste en local ça passe aussi par ça ? Tu peux nous partager vos actus et le programme de l’année ?

Oui, être un artiste local, ça veut dire qu’il doit être proche de sa communauté et de son public.
Pour une compagnie jeune public, ça veut dire être proche des enfants. On va donc les rencontrer, on crée une connexion avec eux, on leur raconte ce qu’on fait, on trouve un langage par lequel communiquer.
Cette année je travaille avec la Cave à Musique (Mâcon) sur un projet de composition et d’interprétation de chansons avec une classe de 6ème et une classe de CM2. Je vais partager toutes mes histoires avec eux et on va en écrire de nouvelles ensemble. On va aussi voir les touts petits dans les crèches et les relais d’assistantes maternelles, on leur chante des chansons, on leur raconte des histoires, et ils nous racontent aussi plein de choses, ils nous grimpent sur les genoux, nous regardent avec leurs grands yeux, se dandinent sur nos chansonnettes.
A chaque fois, ce sont de vraies rencontres, et cela nourrit nos futurs projets. Finalement ce qu’on fait c’est pour eux, et on espère que ce qu’on leur apporte, nourrira aussi leurs apprentissages, une petite couleur, une petite fantaisie, un instant de folie dans leur long parcours vers l’âge adulte !

 

https://www.facebook.com/pg/lesenfantsphares

https://lesenfantsphares.wordpress.com/author/enfantsphares/