Le 28 juin dernier, on invitait Quarxx à boire un coup et discuter cinéma « Au Bon Coin« , chez Christian. Un bar mythique au bord de la nationale qui traverse Granges.
L’association Propagation Bis diffusait son film « Tous les dieux du ciel » ce soir-là. Bon, on admet qu’on voulait voir comment il s’en sortirait au milieu de notre campagne, avant de rencontrer le public chalonnais en salle…
Et on a pas été déçus. Entre authenticité et parcours du combattant pour réaliser son premier long-métrage, on a apprécié faire sa connaissance et comprendre qu’il ne faut jamais lâcher ses rêves les plus fous !
Tony Gagniarre, président de Propagation Bis, répond à quelques questions.


« Au Bon Coin » chez Christian

Pourquoi c’était important de rencontrer Quarxx et de mener cette interview ?

TONY : C’est important parce que Quarxx fait parti de ces réalisateurs qui apportent un regard neuf et dépoussièrent le cinéma français. Tous les Dieux du ciel est un film à la croisée du film de genre et du film d’auteur. Une oeuvre unique et originale. C’est le premier long métrage de Quarxx qui a mûrit et expérimenté avant de se lancer à bras le corps dans l’aventure du long métrage. Son expérience me semblait hyper intéressante. Comment il a réussit à réaliser ce premier long, ses échecs, ses réussites, son parcours. Ce qui est cool, c’est qu’il s’est livré avec une vraie franchise, sans barrières. Ça va piquer pour certains mais ça fait tellement de bien. L’interview aborde le film en filigrane parce que d’autres en ont parlé beaucoup mieux que nous et puis parce que ce qui nous intéressait vraiment, c’était le personnage lui-même. Et à travers lui le parcours d’un réalisateur contemporain, l’état du cinéma, en salle, et l’amour considérable que nous portons à cet art….

Préparation du tournage de l’entretien de Quarxx

La médiation autour d’un film ça fait partie des solutions pour ramener le public en salle ?

TONY : On savait que le film de Quarxx fait partie des films inclassables pour les distributeurs. Il le dit lui-même très bien en interview d’ailleurs. Les films différents comme le sien bénéficient d’une « sortie technique ». C’est grâce aux travails des festivals et des asso comme la nôtre qu’il a la possibilité d’être diffusé au cinéma…

En local, en Saône-et-Loire, vous faites une proposition un peu unique. Qu’est ce qui vous motive ?

TONY : Je suis pas totalement sûr que la proposition soit unique. J’espère même qu’il y en a d’autres. Parce qu’à un moment, on est obligé de prendre en main sa passion et de trouver un moyen de la transmettre. Je suis de Chalon depuis toujours. Plus jeune j’attendais parfois des mois avant de voir un film que j’avais découvert dans les pages de Mad Movies… Maintenant le film, on peut le voir avant d’en parler. Mais c’est parfois dans des conditions tellement indignes. Donc on avait envie d’essayer de proposer aux gens la possibilité de voir des films qui nous plaisent et qui ont peu de chance d’être diffusés chez nous dans les meilleurs conditions possibles.. Et surtout d’en causer. Le cinéma est une expérience collective. Avec le binge Watching on en fait un diabète visuel. On le consomme sans le digérer, on devient des cinéphiles obèses et sans recul pour comprendre réellement ce qu’on regarde et on en vient à classifier les oeuvres avant même de les avoir vues. Nous aimerions redonner un peu le goût de la curiosité, l’envie de franchir les limites parce que c’est ce que permet le cinéma de genre. Par exemple le cinéma d’horreur, parfois si décrié, n’est rien d’autre que le moyen de se confronter à ses peurs dans un cadre assez innocent. Nous aimons le cinéma qui bouscule les certitudes, les zones claires et le sérieux moralisateur. Nous aimons le sale, l’inconfortable, le cul, le gore rigolo et dérangeant, le fantastique, le catharthique, le nanar et même le navet parfois… Nous n’aimons pas être confortés dans notre bien-pensance de cinéphile. Et nous remettons souvent l’action de l’asso en question…

Justement, quelles sont les actus de l’association ?

TONY : L’actu de l’association est compliquée. C’est une activité que l’on mène en plus de notre travail. Cela fait presque 3 ans que l’on fait ça. Nous voulons essayer de faire les choses au mieux, cela prend beaucoup de temps… Nous voulons proposer des choses différentes et pas nous enterrer dans une programmation mensuelle qui ne nous ressemblerait pas. Donc beaucoup de remises en question pour le moment…. On prépare quand même une grosse soirée pour Halloween. On va sortir du cinéma puisque ça sera à Lalheue… C’est le 2 Novembre. Y’aura 3 longs métrages et 3 courts métrages. On vous en dit plus bientôt…

Plus d’infos :
Propagation Bis
« Au Bon Coin »

Réalisation et montage de l’entretien de Quarxx : Tony Gagniarre
Images : Théo Barletta
Son : Thibaut Noirot
En partenariat avec ODIL.