Corinne Béraud est retraitée.
Elle habite à Saint-Prix, dans le Morvan, en alternance avec son appartement à Dijon. Et quand elle n’est pas à Orange, car elle y a conservé des activités de réserviste dans l’Armée de l’Air.
Ce qui l’anime ce sont les liens sociaux.
D’abord, elle est passionnée de généalogie. L’histoire des individus est une clé pour comprendre le lieux où elle vit.
Puis, relier les hommes, c’était aussi un choix professionnel à travers sa carrière militaire dans les transmissions.
Enfin, elle est élue de sa commune, au contact de la population, pour favoriser les rencontres dans ce milieu où les habitations sont éparpillées.
Elle aimerait conserver sa qualité de vie, au coeur de la nature où « tout est beau » et s’inquiète de l’avenir du Morvan.
Parce que s’il est nécéssaire de développer le tourisme, il ne faudrait pas non plus que les habitants deviennent « des indiens » et qu’on leur rende visite comme on rendrait visite aux curieux autochtones d’une réserve repliée sur elle-même, coupée du monde…

Entretiens : Caroline Darroux
Réalisation : Laetitia Déchambenoit
Images et son : Florent Rhéty

A l’occasion de l’atelier international « Faire Monde Commun », organisé pour les 14e Entretiens de Bibracte, nous avons réalisé 3 mini-films documentaires, auprès d’habitants des abords du Mont Beuvray.

Ils sont peu nombreux à vivre sur le Haut-Folin, au sommet du Morvan. Dans un équilibre fragile entre l’entretien du paysage, la préservation de la bio-diversité et la lutte pour que la forêt n’envahisse pas tout…
Espérant l’installation de nouveaux habitants pour continuer à faire vivre les villages, mais redoutant qu’ils soient transformés en parc d’attraction pour un tourisme « vert ». 
Malgré le recul des services de proximité, le manque d’emploi, l’isolement, ils ont fait le choix d’y rester, d’y revenir ou de s’y installer. Pourquoi ? 

Nous avons rencontré Michel, Corinne, Cécile et Anthony.
Ils nous racontent leur quotidien sur cette montagne si singulière et nous expliquent ce qui fait leur attachement à cet espace unique. S’ils ne partagent pas tout à fait la même analyse de leur environnement et les mêmes stratégies pour vivre là, quelque chose les rassemble : un désir d’avenir très fort pour le Morvan et des solutions concrètes pour résoudre une équation complexe. 
Pour voir les autres portraits : http://odil.tv/category/topic/faire-monde-commun/