Alors que leur renommée locale n’est plus à prouver, les montcelliens du groupe Actes et Fractures poursuivent leur riche chemin musical à coups de douces notes de reggae et d’autres, plus furieuses, de rock ! Ils viennent de sortir un nouveau clip pour illustrer la colère du titre « On est à cran » ! On a posé des questions à Loup, Fyl, Nico, Max et Alex afin d’en savoir plus.

 

Actes et Fractures, un nom fort qui appelle à agir ! Pouvez-vous nous parler des origines du groupe en quelques mots ?

En fait « Actes et fractures » est né en 2013, au départ on étais deux et de fil en aiguille on a constitué l’équipe, et depuis 2015 on est 5 musicien sur scène.

Votre nouveau clip a été réalisé par Laloba et David Giachino, des réalisateurs du coin si nos informations sont bonnes ?

Yes en fait David et Cam (Laloba) ont réalisé nos trois derniers clips (Mes rêves, Encore et On est à cran). David c’est un pote de St Vallier de longue date et il est lui aussi musicien (bassiste). Cam c’est ma copine, elle est originaire d’Annecy et c’est également la graphiste du groupe, c’est elle qui s’occupe de toute notre identité visuelle.

 

 

Quand on est un groupe qui vient de Montceau, utiliser les ressources locales est-il primordial ?

On est un groupe de Montceau on a grandi ici, c’est vrai qu’on y a joué beaucoup, et c’est aussi ici qu’on a fait nos premiers contacts. C’est important pour nous d’où on vient mais on est souvent amené à travailler avec des gens de l’extérieur également. Notre producteur sur l’album «Nuits blanches » vient d’Allemagne par exemple. Mais pour la suite on aimerait justement développer notre merchandising en travaillant avec des entreprises locales.

Dans ce clip, vous êtes dans un très beau théâtre, où se situe chouette lieu ?

Yes c’est vrai que le théâtre est magnifique on a tous flashé dessus… Et en plus de ça, il n’est pas très loin car il est à Autun! On est donc super contents d’avoir pu tourner là-bas, c’était une bonne expérience et le cadre idéal pour ce clip.

 

 

Des anecdotes de tournage ? Faire jouer un enfant, ça ne doit pas être très simple !

On a tourné de 9h à 13h, c’était assez speed donc on se devait tous d’être super concentrés pour être efficaces au maximum. Et du coup, tout le monde à joué le jeu. Les plans avec Mathys étaient super, il a vraiment été au top pendant le tournage. Il est en troisième à Gueugnon, c’est le fils d’un ami, qui était aussi présent donc vraiment aucun problème.

« On est à cran », une musique aux paroles engagées, plutôt sombres et pessimistes. La musique est-il ce moyen parfait pour expulser la colère et le ras-le-bol ?

Oui bien sûr, c’est un super moyen d’exterioriser toute nos ondes negatives… Du coup sur scène ça déménage pas mal…

Qui est ce « On » ?

J’ai écrit ce morceau au lycée et quand je regardais un peu autour de moi. Je voyais plein de jeunes de mon âge qui avaient totalement lâché prise et pour qui l’avenir paraissait un peu trop flou. Je pense que  tout le monde peut se retrouver dans ce «On » à une période plus ou moins longue de sa vie, l’histoire d’une jeunesse perdue en 5 minutes.

 

 

Vos plans du futur, c’est quoi ?

Beaucoup de routes, plein de concerts et des fiestas à tir larigot. Mais aussi la préparation du prochain clip et un retour à la composition pour de nouvelles chansons à suivre…

 

 

Pour suivre leur actualité, c’est par ici : https://bit.ly/2O9HFPW